Skip to content

Gilles Carnoy logo Carnet de route en Droit Immobilier

Gilles Carnoy, avocat à Bruxelles

Accord de courtage en cointervention

Entre :

La société anonyme de droit belge Société 1 ayant son siège social  à [·], B.C.E. n° [·], représentée par son administrateur délégué Monsieur [·],

Et :

La société privée à responsabilité limitée Société 2 ayant son siège social à [·], B.C.E. n° [·], représentée par son gérant Monsieur [·],

Il est préalablement exposé :

Société 1 est chargée par le propriétaire, avec exclusivité, de présenter à la vente un immeuble situé à [·].

Société 2 se présente comme un intermédiaire à l’achat, au contraire de Société 1 qui est intermédiaire à la vente.

Société 2 se dit susceptible de présenter le bien à l’achat auprès de ses clients et prospects.

Société 2 a approché Société 1 pour être autorisée à présenter le bien aux clients qu’elle dit avoir en portefeuille et disposer de facilités matérielles à cet effet.

Société 1 est disposée à accorder ces facilités, en vue d’exécuter rapidement et efficacement sa mission avec le propriétaire, sans pour autant entrer dans un rapport de sous-traitance avec Société 2.

Le dossier de commercialisation est préparé par Société 1 qui mènera seule et exclusivement la mission d’intermédiation, sans interférence de Société 2.

Le statut urbanistique du bien est connu et aucune des parties n’en demande plus ample description.

Il en va de même de l’état du bâtiment et de sa conformité aux exigences en matière de prévention d’incendie.

Les parties ont donc convenu de définir les modalités de leurs interventions respectives, pour leurs clients respectifs, comme indiqué ci-dessous.

Il est ensuite convenu de ce que :

1. La présente convention est un accord destiné à permettre à chaque partie d’exercer sa mission avec son partenaire contractuel propre en toute harmonie, en concertation et en bonne intelligence. Elle ne constitue entre les parties ni une société momentanée ni une société de droit commun et s’entend à l’exclusion de tout lien de subordination entre les responsables des parties. Chaque partie assume seule les risques propres à son rôle et à son activité.

2. La présente convention ne constitue pas davantage une mission d’intermédiation en sous-traitance au profit de Société 2. Ni le propriétaire ni Société 1 ne confient une mission de commercialisation ou un mandat de représentation à Société 2.

3. Société 1 autorise Société 2 à renseigner à ses clients ou prospects le bien en vente et la qualité d’intermédiaire de Société 1, à charge pour Société 2 de ne pas s’immiscer dans la tâche et dans le rapport juridique d’intermédiation.

4. Les renseignements que Société 1 confie à cet effet à Société 2 resteront confidentiels. Société 2 avertira Société 1 de toute personne ou société à qui elle confiera des informations.

5. La mission de présentation et la négociation sera menée par Société 1 seule, et sous sa seule responsabilité. Société 2 pourra être informée si l’amateur qu’elle a désigné le souhaite ou s’il mandate Société 2.

6. Société 2 sera rémunérée par son client en tant qu’apporteur d’affaires, à l’exclusion de toute rétribution ou défraiement par Société 1, même si Société 2 effectue des prestations ou engage des frais.

7. Les efforts, les dépenses et les débours engagés par Société 2, que l’opération aboutisse ou non, seront réputés réalisés pour son compte propre et à ses seuls risque, sans préjudice des accords qu’elle conclut avec ses clients.

8. Société 2 informera ses clients de ce qu’elle ne peut être rémunérée ou autrement intéressée par le propriétaire ou par Société 1, afin que les parties se conforment à l’article 26 du Code de déontologie des professionnels de l’immobilier.

9. Société 2 ne pourra en aucun cas se présenter comme agent chargé de la commercialisation du bien ou comme collaborateur de Société 1.

10. Société 2 et Société 1 garantissent qu’elles répondent aux conditions d’exercice de l’activité objet du présent accord.

11. Société 2 s’engage à ne pas contacter le propriétaire, ni directement ni indirectement, durant la mission de Société 1 et durant une période de six mois suivant l’expiration de cette mission, quelle que soit la cause de la dissolution de la mission d’intermédiation de Société 1. Toute infraction à cette disposition donnera lieu à une indemnité de 100.000 € (cent mille euros) au profit de Société 1, ou plus si le dommage réel est supérieur.

12. Société 1 pourra collaborer avec des sous-agents ou en co-agence, ou avec d’autres rabatteurs, dans ce dernier cas à des conditions similaires.

13. Société 1 n’est pas responsable en cas de refus de vendre du propriétaire ou si le propriétaire décide de privilégier tel amateur par rapport à un autre, ou s’il vend en direct.

14. Société 1 s’engage à ne pas nuire à la relation entre Société 2 et son client. Dès lors que Société 2 reçoit une mission de recherche à l’achat de son client, Société 1 respectera l’intervention de Société 2 auprès de son client, sauf si le client en question ne le souhaite pas.

15. Le présent accord ne porte pas de droit de suite et est limité à la vente du bien visé aux considérants préalables.

16. Société 1 avertira Société 2 de tout changement important dans les termes ou les conditions de la commercialisation (vente en démembrement usufruit – nue propriété, vente d’option, vente d’actions, vente par lot après division), sauf si le propriétaire ne souhaite pas que ses intentions soient divulguées.

17. Société 1 traitera de manière égale un amateur qu’elle aura trouvé elle-même et un amateur apporté par Société 2, ceteris paribus.

18. Société 1 reste étrangère aux rapports juridiques intervenant entre le vendeur et l’acquéreur. Elle n’engage pas sa responsabilité dans le cadre de l’exécution contractuelle des transactions à intervenir.

19. Les documents contractuels émanant du vendeur ou avalisés par lui n’engageront pas davantage la responsabilité de Société 1, notamment sur le plan de la destination urbanistique et de l’aptitude du bien à répondre à son exploitation actuelle.

20. En cas d’aboutissement de la transaction, le prix et les éventuelles charges ou conditions particulières de la vente seront communiqués à Société 2 si son client et le propriétaire l’acceptent, sans responsabilité de Société 1.

21. La durée de cet accord est limitée à trois mois à dater du début de la mission de Société 1. L’accord pourra être renouvelé pour une même durée moyennant l’accord écrit de Société 1 et sans excéder la durée de la mission de Société 1.

22. Toutefois, si Société 2 reste en défaut de désigner au moins deux candidats amateurs sérieux dans le premier mois du présent accord, Société 1 pourra considérer qu’il ne se poursuivra plus au-delà de ce premier mois.

23. Les communications rendues nécessaire par l’exécution de la présente convention interviendront valablement par télécopie, courrier électronique ou courrier simple, aux adresses indiquées ci-dessous

24. Le tribunal de commerce de [·], appliquant le droit belge, sera seul compétent pour connaître de tout litige relatif à la négociation, la formation, l’interprétation, l’exécution ou la dissolution de la présente convention, de ses conséquences et ses suites.

Fait à [·], le [·], en autant d’originaux que de parties ayant un intérêt distinct, chaque partie reconnaissant par sa signature avoir retiré l’exemplaire lui revenant.

Société 1                                                                                 Société 2

Commentaires

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le vendeur peut-il invoquer l’erreur sur le prix ?

Un contrat se forme par l’échange de consentement en vue de produire des effets juridiques. Les consentement doivent être exempts de vice. Un consentement perverti par l’erreur ne forme donc pas un contrat valable. C’est ainsi que l’article 1110 du Code civil dispose que « l’erreur n’est une cause de nullité de la convention que lorsqu’elle […]

Lire plus arrow_forward

Un contrat se forme par l’échange de consentement en vue de produire des effets juridiques. Les consentement doivent être exempts de vice.

Un consentement perverti par l’erreur ne forme donc pas un contrat valable.

C’est ainsi que l’article 1110 du Code civil dispose que « l’erreur n’est une cause de nullité de la convention que lorsqu’elle tombe sur la substance même de la chose qui en est l’objet. »

Le vendeur peut-il poursuivre la nullité de la vente pour erreur substantielle sur le prix ?

L’état du bien, sa fonctionnalité ou son statut urbanistique sont sans doute des éléments déterminants pour l’acheteur, puisqu’ils conditionnent l’usage possible du bien, mais pas pour le vendeur qui, justement, s’en défait.

La motivation du vendeur s’arrête souvent au prix ou du moins à l’intérêt de transformer en argent un bien coûteux ou peu liquide.

Une appréciation maladroite de la valeur du bien, lors de la fixation du prix, est-elle un élément substantiel ?

La jurisprudence est réticente a reconnaître une erreur substantielle dans le prix.

En effet, l’erreur doit porter sur la substance de la chose.

Par ailleurs, l’erreur doit être commune ce qui signifie qu’elle doit porter sur un élément entré dans le champ contractuel (Cass., 23 janvier 2014, rôle n° C.13.0114.N, www.juridat.be).

Or la composition du prix relève d’éléments propres au vendeur.

D’après le Prof. P. Van Ommeslaghe, l’erreur sur la valeur de la chose n’est pas susceptible d’entraîner l’annulation d’une convention par application de l’article 1110 du Code civil, à défaut d’être substantielle (« Droit des obligation », T. I, Bruylant, Bruxelles, 2010, pp. 236 et 243).

Le Prof. Wéry parle, lui, d’erreur indifférentes.

Pour cet auteur , l’erreur sur la valeur ou sur le prix n’est pas prise en considération comme cause de nullité ; en effet, la lésion ne vicie point les conventions sauf le dispositif spécifique de la lésion énorme (art. 1674 du Code civil) ou la lésion qualifiée qui est une variante du dol et non de l’erreur.

Il en va cependant autrement lorsque l’erreur sur le prix est la conséquence d’une erreur sur la substance de la chose (P. Wéry, « Droit des obligations », vol. 1, Larcier, Bruxelles, 2010, p. 224).

En ce cas, on retrouve le concept d’erreur sur la chose, pour autant qu’elle soit substantielle.

  • Sitothèque

  • close