Skip to content

Gilles Carnoy logo Carnet de route en Droit Immobilier

Gilles Carnoy, avocat à Bruxelles

A propos

Ce blog est le carnet de route d’un praticien du droit immobilier belge.

Vous y trouverez des réflexions, de la documentation et des actualités, au fil de mes découvertes, de mon travail et des contacts que je noue dans le domaine immobilier.

Ce blog est aussi, et surtout, une invitation au dialogue et au partage de l’information. Bonne visite !

Dans ce blog, vous trouverez des informations, pas des conseils.

Le droit et la fiscalité sont des matières complexes, volatiles et impossibles à appréhender simplement.

Malgré le soin que j’apporterai à la rédaction des articles, je dois reconnaître que des erreurs, imprécisions ou omissions ne peuvent jamais être totalement exclues, ce que vous devrez constamment garder à l’esprit, de même que la perte d’actualité du contenu.

De plus, je ne puis appréhender la manière dont le visiteur utilise ou comprend l’information accessible sur le site.

C’est pourquoi les informations que je publie ne sont pas destinées à appuyer ou provoquer une prise de décision ou un avis définitif mais ont pour seule ambition, et pour seul pouvoir, de susciter une réflexion préalable à une information individualisée.

Je vous invite à toujours consulter un professionnel du conseil avant de vous forger une opinion ou avant de prendre une décision.

Cela étant dit, cliquez à présent sur la caravane pour savoir où se situe mon site ….

Commentaires

  1. Avatar
    Vicario #

    Bonjour,
    J’aimerais me lancer dans l’activité apart-hotel, quel sont les premières démarche a suivre?
    Cordialement,

    janvier 14, 2013
  2. Avatar
    VAN RYMENANT Alain #

    Dans le cadre du remplacement du Cwatup , on annonce qu’enfin on va introduire une prescription des infractions urbanistiques en région wallonne. Rappelons qu’à ce jour alors que pour les pires crimes de sang, un criminel ne peut plus être poursuivi après 10 ans (pour un « simple » délit du genre vol avec violences c’est max 3 ans…) par contre, le brave citoyen qui a acheté une maison avec une véranda ou une fenêtre créée dans permis peut être attaqué pendant 20, 30 40 ans comme s’il était le pire des criminels…
    C’est ainsi que comme expliqué sur votre excellent site, pour s’éviter eux même des ennuis face à ces règles ultra-répressives, des notaires et des banques bloquent des ventes immobilières s’il s’avère que le bien fait l’objet de la moindre petite infraction urbanistique . Le vendeur est alors obligé de se taper de longues procédures coûteuses, kafkaïennes et humiliantes pour tenter d’obtenir une régularisation urbanistique auprès d’une armée mexicaine de fonctionnaires communaux, régionaux et judiciaires en tout genre .
    A présent, suite notamment à un arrêt de la Cour constitutionnelle belge et à un changement dans le code flamand, on peut espérer davantage de respect des droits de l’homme en RW et une évolution vers moins de barbarie bureaucratique et d’encouragement à la délation entre voisins mais en sait-on un peu plus sur la définition juridique précise des délits qui pourront être prescrits ?
    . Nous savons que les délits les plus graves (du genre construction à la Sagawe en pleine zone totalement non constructible) resteraient imprescriptibles, ce qui parait légitime pour la crédibilité des règles urbanistiques de base mais nous devons nous méfier de l’acharnement vicieux de certains intégristes de la répression urbanistique qui vont tout faire pour limiter et saboter cette réforme. Avec la mentalité mesquine de ceux qui profitent de ce système depuis des années, le diable sera dans les détails !! Merci déjà pour les infos que vous auriez à ce sujet . .

    mai 23, 2013
  3. Avatar

    Bonjour,
    j’ai acheté un viager en société, puis-je déduire toutes mes rentes mensuelles ? Quid de la personne qui perçoit mes rentes ?
    Merci. PYves

    juillet 9, 2014
    • Avatar

      Si vous tenez une comptabilité en partie double, vous amortissez le bien mais vous ne déduisez pas rentes. Si le débirentier est une personne morale ou affecte le bien à usage professionnel, le créditrentier est imposé sur 3 % par an de la valeur déclare pour la perception des droits d’enregistrement (art. 20 CIR/92).

      août 13, 2014
  4. Avatar
    Hubaut Cécile #

    Bonjour,
    Pouvez-vous me donner un exemple de condition suspensive de cession de compromis de vente?
    Merci!

    mai 20, 2015
  5. Avatar
    Grimberghs #

    Bonjour,

    je suis sur le point de vendre mon habitation. Mais je vois dans mes documents administratifs, que je n’ai jamais signalé l’achèvement de mes travaux. Ceux-ci sont terminés depuis novembre 2008. Est-il encore temps de renvoyer le document? Faut-il s’attendre à un retour en arrière? Ou y a t-il prescription?
    En vous remerciant pour votre intérêt.

    mai 11, 2016
  6. Avatar

    Votre site est très interessant, je vous félicite pour vos partages

    août 22, 2016
  7. Avatar

    Merci pour votre article. Je trouve votre blog très interessant

    octobre 26, 2016
  8. Avatar
    simon #

    bjr
    la transcription de mon divorce a eu lieu en décembre 2017. suite à une affaire pénale qui est passée en jugement fin février et dont la sentence est prévue fin mars, une réunion chez le notaire n’a toujours pas eu lieu. est ce normal , n’y a t il pas un délai à respecter pour que le notaire fasse la 1ere réunion informelle , mon ex mari fait apparemment trainer les choses pour le partage ; nous avons un appartement en copropriété et je voulais savoir si je peux en augmenter le loyer vu mon ex belle mère y habite et mon mari n’a jamais voulu l’augmenter !

    mars 19, 2018
  9. Avatar
    Pepa #

    Bonjour,

    Je voudrais savoir si l etainchete des velux repris dans l acte de base comme privatifs est commune a la copropriete comme c est le cas des terrasses. Si les velux ont ete abimes par manque d etainchete qui est le responsable de payer les travaux de reparation? La copropriete ou le propietaire?
    Merci beaucoup d avance pour votre avis d expert.

    janvier 16, 2019
  10. Avatar
    douass abdelhamid #

    bonjour
    notre Syndic veut nous facturer l’adaptation de GDPR à un prix de 500 euro par , il y a 5 LOT au total dans le complexe,
    ma question : le syndic a le droit de réclamer un paiement ou non?
    sinon , si quoi la réponse adéquate que dois-je formuler .?
    Merci d’avance.
    Douass Abdelhamid
    [email protected]
    04788491832

    février 11, 2019
  11. Avatar
    Mireille Lucas #

    Bonjour Maître! Ceci est une question.

    Il y a un an j’ai acheté un appartement en Brabant Wallon dans une résidence a appartements multiples. Le promoteur a fait faillite peu après mon passage chez le notaire. Il reste un nombre d’appartements invendus. Une société prétend être en négociation avec la Curatelle dans le but probable de faire de notre immeuble une « résidence-services ». Cette société prétend avoir un droit de préemption pour effectuer cet achat. Pouvons-nous intervenir en tant que copropriétaire pour empêcher que cette société arrive a ses fins? Si oui, comment et auprès de qui? Pouvons-nous obliger la Curatelle a imposer a cette société qu’elle conserve notre immeuble comme « résidence a appartements multiples »?
    Merci pour votre aide.

    P.S. Voici le contenu du texte envoyé par la Curatelle:
    « Wij kunnen u enkel bevestigen dat er momenteel onderhandelingen lopen tussen XXXX, de bank en het faillissement om een definitieve en juridisch bindende regeling te treffen omtrent de nog niet verkochte appartementen in de residentie ».

    février 12, 2019
    • Avatar

      Il faut voir le règlement de copropriété et le permis d’urbanisme.

      février 17, 2019

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Urbanisme et bail commercial

Le bailleur peut refuser au preneur le renouvellement de son bail, pour quatre motifs énoncés à l’article 16, I, 1° à 4°, de la loi sur les baux commerciaux. Notons que l’acquéreur peut expulser le preneur, si le bail réserve la faculté d’expulsion, en invoquant l’un de ces motifs. Parmi les motifs en question, figure […]

Lire plus arrow_forward

Le bailleur peut refuser au preneur le renouvellement de son bail, pour quatre motifs énoncés à l’article 16, I, 1° à 4°, de la loi sur les baux commerciaux.

Notons que l’acquéreur peut expulser le preneur, si le bail réserve la faculté d’expulsion, en invoquant l’un de ces motifs.

Parmi les motifs en question, figure la volonté de démolir et reconstruire l’immeuble loué.

Le bailleur peut aussi refuser le renouvellement sans motif mais il doit alors payer une indemnité de trois ans de loyer, voire davantage si le préjudice du preneur est supérieur.

Le bailleur doit réaliser dans les six mois l’intention pour laquelle il a refusé le renouvellement et doit maintenir cette intention durant au moins deux ans.

Sinon, sauf s’il justifie d’un motif grave, il doit payer une indemnité de minimum trois ans de loyer (art. 25, alinéa 1er, 3°).

Une démolition suivie d’une reconstruction est une opération qui constitue en règle des travaux soumis à permis d’urbanisme selon l’article 98, § 1, 3° et 4°, CoBAT.

Le bailleur doit donc réaliser dans les six mois du départ du preneur l’intention qu’il a manifestée, à savoir démolir et reconstruire l’immeuble loué.

Or il est impossible d’obtenir un permis d’urbanisme pour ces travaux dans le délai de six mois.

La Cour de cassation a réglé le problème :

« Que, pour l’application de l’article 25, alinéa 1er, 3° précité, il suffit que le bailleur réalise son intention de reconstruction dans le délai déterminé ; que l’introduction d’une demande d’obtention de l’autorisation légalement requise pour les travaux peut, selon les circonstances, faire partie de la réalisation de cette intention ;

Attendu que le moyen, en cette branche, allègue que la délivrance d’un permis de bâtir n’est qu’une exigence pour la réalisation de certains travaux mais qu’elle doit être distinguée de la réalisation même des travaux pour lesquels le permis a été demandé, que pour l’application de l’article 25, alinéa 1er, 3°, précité, les travaux mêmes doivent avoir commencé dans le délai de six mois qui suivent l’abandon du bien loué et qu’un tel permis n’est pas assimilé à une exécution ou même un commencement d’exécution des travaux pour lesquels le permis est demandé ;

Que le moyen, en cette branche, manque en droit ; »

(Cass., 5 février 2005, rôle n° C.02.0404.N, www.juridat.be).

Cela signifie que le délai de deux ans démarre lorsque la demande de permis d’urbanisme couvrant les travaux nécessaires est introduite de manière sérieuse.

Cela veut dire que la demande doit être formée dans les six mois et , dans la mesure du possible, contenir les annexes permettant d’obtenir un accusé de réception de dossier complet.

Si le permis d’urbanisme est délivré après le délai de six est indifférent.

Comme le dit D. Janssens  « à noter que la Cour de cassation est restée prudente puisqu’elle précise que le dépôt d’une demande de permis peut, suivant les circonstances, constituer la réalisation du motif du congé. La doctrine est nuancée, et rappelle que le bailleur ne peut attendre la dernière minute et doit faire diligence dès avant le départ du locataire, de manière à obtenir son autorisation dans le délai de six mois. »

  • Sitothèque

  • close