Skip to content

Gilles Carnoy logo Carnet de route en Droit Immobilier

Gilles Carnoy, avocat à Bruxelles

Indemnité d’occupation à charge de celui à qui le bien est attribué après partage

Des époux se séparent et divorcent. L’effet déclaratif du partage s’oppose-t-il à l’octroi d’une indemnité d’occupation à celui qui a habité l’immeuble commun après la séparation et avant le partage ?

Après la dissolution par le divorce de la communauté des biens, il naît entre les époux une indivision qui, en règle, est soumise au droit commun et qui contient les biens existant à l’époque à laquelle la dissolution rétroagit à l’égard des époux ainsi que les fruits provenant de ces biens depuis cette date.

L’indivisaire qui a utilisé seul le bien indivis et qui a bénéficié de la jouissance exclusive de ce bien est tenu de payer à l’autre indivisaire une indemnité correspondant à la valeur de rapport du bien.

Ainsi l’époux en instance de divorce à qui le logement familial a été attribué, qui utilise seul ce bien et bénéficie de la jouissance exclusive de ce bien, est tenu de payer une indemnité équivalant à la valeur de rapport du bien qui, revenant aux deux époux, sera répartie entre eux.

La règle de l’effet dévolutif (art. 883 du Code civil) du partage n’y change rien.

Selon cette règle, par le partage, celui à qui le bien est attribué est censé avoir toujours été le propriétaire, ce qui s’opposerait, en principe, à ce qu’il paie une indemnité pour avoir occupé le bien avant partage.

Dans un arrêt du 4 mai 2001, la Cour de cassation a replacé le champ d’application de cette disposition (rôle n° C970430N, www.juridat.be).

L’article 883 du Code civil prévoit que chaque cohéritier est censé avoir succédé seul et immédiatement à tous les effets compris dans son lot, ou qui lui sont échus sur partage, et n’avoir jamais eu la propriété des autres effets de la succession.

Cette règle générale du partage, dit la Cour de cassation, ne concerne que l’acquisition de la propriété de ces biens ainsi que l’extinction des droits réels établis sur les biens indivis et l’inopposabilité des droits personnels établis sur ceux-ci au cas où le bien est attribué à un cohéritier autre que celui qui a établi le droit, mais elle ne déroge pas à la réglementation concernant l’attribution aux indivisaires des fruits provenant des biens indivis.

En conséquence, cette règle n’exclut pas que l’indivisaire qui a utilisé seul le bien indivis ou en a eu la jouissance exclusive est tenu de payer une indemnité à répartir entre les indivisaires.

Commentaires

facebook comments:

  1. paul de lophem #

    Bonjour Maitre,

    l indemnité d’occupation calculée par le notaire doit elle également être porteuse d’intérêts dans le chef de l’occupant ?
    Bien a vous

    décembre 17, 2013
    • Bonjour à tous,

      Je vous livre le résultat de mes recherches:

      « Dans un régime de communauté, les intérêts courent de plein droit, à compter du jour de la dissolution du régime matrimonial, sur les récompenses entre les patrimoines propres et commun (art. 1426, al. 2 C. jud.) et sur les créances entre les patrimoines propres (art. 1450, al. 2 C. civ.).
      Pour toutes les autres créances, de l’indivision post-communautaire (…), les intérêts sont dus qu’à dater d’une mise en demeure, conformément au droit commun. Une demande judiciaire en liquidation et partage d’un régime matrimonial peut constituer le point de départ pour le calcul des intérêts, si cette demande est susceptible d’être assimilée à une mise en demeure, parce que les créances qui sont réclamées sont précisées de manière expresse » (A. DUELZ, J.-CH. BROUWERS ET Q. FISCHER, Le droit du divorce, 4ème édition, 2009, De Boeck-Larcier).

      Joyeux Noël!

      décembre 27, 2013
  2. Irène Fire #

    Bonjour Maître,

    Lorsque l’indivision d’un bien immobilier prend fin, par exemple suite à un divorce, une indemnité d’occupation est due par l’occupant.
    Est-ce que la prescription existe pour cette indemnité d’occupation ?
    Bien à vous.

    janvier 25, 2014
  3. anne marlier #

    Bonjour Maître,
    l’indemnité d’occupation est elle due aussi à un héritier? nous sommes 6 en indivision(1 usufruit et 5 enfants) et un enfant habite la maison mais paie un loyer à l usufruit. la maison vas être vendue sur acte judiciaire.
    je vous remercie

    juillet 9, 2014
    • Il est normal que l’indemnité ou le loyer soit payé à l’usufruitier et non aux autres indivisaires en nue propriété car ceux-ci n’ont pas la jouissance du bien.

      août 13, 2014
  4. david #

    bjr,

    j’aimerais un renseignement assez urgent. j’ai une réunion pour le partage des biens chez le notaire suite à mon divore. Madame est partie et je suis resté 15 mois dans la maison. elle me réclame aujourd’hui un loyer. a combien dois je m’attendre ??? sachant que je remboursais 900 euros à la baqnue et que le revenu cadastral est de 365 euros

    septembre 30, 2016
    • En principe un demi loyer est dû pour la jouissance de la maison indivise.
      Les autres postes font l’objet de compte de liquidation de communauté ou entre indivisaires.

      octobre 4, 2016
  5. verburgh #

    Bonjour , suite à un accord j ai quitté la maison que nous avons en copropriété fin février 2016. Madame occupe seule ce batiment depuis lors , Pour compenser les indemnités d’occupation elle payait seule le prêt. Cela jusque seotembre inclus (donc 7mois). Depuis octobre, elle n’en paye plus que 60% qui représentent les intérets, le prêt étant bloqué durant 6mois. La maison est vendue et devrait donc rester maximum jusqu’à mars 2017 donc 6 mois également. Ai-je le droit de lui réclamer des indemnités d occupation pour ces 6 mois? Elle refuse de payer le revenu cadastral seule , ce qui est prévu selon notre accord écrit.
    Merci d’avance

    novembre 18, 2016
  6. Vitucci #

    Bonjour Maître,
    Je me me permets de vous poser cette petite question concernant la détermination de la valeur de rapport du bien (cf indemnité d’occupation du bien indivis). S’agit-il du montant du loyer que le bien peut prétendre moins un forfait de 30% moins le montant du prêt hypothécaire supporté par l’occupant ?

    janvier 17, 2017
    • Il n’y a pas de règle, cela se négocie. On prend la valeur locative, je ne vois pas pourquoi un forfait de 30 % et, oui, on fait compte de la moitié du prêt hypothécaire.

      janvier 18, 2017

Laisser un commentaire

Un trésor est découvert dans la maison vendue

Une maison est vendue avec un accord de déblaiement des encombrants. Or un trésor est découvert dans l’immeuble (des titres au porteur manifestement oubliés). Qui en est propriétaire ? Le vendeur ou l’acheteur ? La Cour d’appel de Liège répond (15 septembre 2016, J.L.M.B., 2017/20, p. 930-933). L’accord de déblaiement n’est pas une vente mais une prestation […]

Lire plus arrow_forward

Une maison est vendue avec un accord de déblaiement des encombrants.

Or un trésor est découvert dans l’immeuble (des titres au porteur manifestement oubliés).

Qui en est propriétaire ? Le vendeur ou l’acheteur ? La Cour d’appel de Liège répond (15 septembre 2016, J.L.M.B., 2017/20, p. 930-933).

L’accord de déblaiement n’est pas une vente mais une prestation de service. Cela ne rend pas le prestataire propriétaire des titres qui ne sont pas des encombrants.

L’article 716 du Code civil traite de la découverte d’un trésor et attribue la moitié au propriétaire du terrain et la moitié au découvreur.

Mais cette disposition ne s’applique pas si le vendeur justifie sa propriété sur ces titres.

L’acheteur ne peut pas davantage invoquer la règle de fond de l’article 2279 du Code civil.

Cette disposition régit le conflit opposant le véritable propriétaire d’un bien meuble à l’acquéreur de ce bien auprès d’un tiers non-propriétaire.

Ce n’est pas le cas en l’espèce, l’acheteur de la maison n’ayant pas acquis les titres auprès d’un tiers non propriétaire.

Le trésor est donc pour le vendeur.

Le meilleur pour la fin :

« (…) le prévenu, qui a trouvé par hasard les titres litigieux, ne pouvait pas ignorer qu’ils n’ont pas été abandonnés par leur propriétaire puisqu’il connaît les circonstances dans lesquelles il les a trouvés et qu’il a eu connaissance de l’opposition faite sur ces titres. Il ne pouvait à aucun moment croire sérieusement au caractère légitime de sa possession. En décidant de les conserver et en cherchant à les négocier par l’intermédiaire d’un tiers, il a agi avec l’intention frauduleuse de se procurer un avantage illicite en vendant à son profit des biens appartenant à autrui. La prévention (de cel frauduleux) est dès lors établie à sa charge (…). »

  • Sitothèque

  • close